Protégez votre chien des puces, tiques et moustiques


Mieux connaître les parasites pour mieux les contrer

Protégez-vous votre chien contre les parasites ? Tous les parasites ? Si la puce est bien connue des propriétaires de chiens, la tique et le phlébotome sont aussi redoutables lorsqu’il s’agit de véhiculer des maladies à votre compagnon. Une seule piqûre peut transmettre de graves maladies ! Alors soyez prudents en ce qui concerne les parasites. Que ce soit à la belle saison où ils prolifèrent, ou en hiver, la lutte contre tiques, phlébotomes et puces doit rester une priorité.

Les parasites du chien

La tique

Contrairement à ce que l'on peut croire, la tique n'est pas un insecte, c'est un acarien (comme les araignées). Elle mord et se nourrit du sang de votre chien, pouvant lui transmettre de nombreuses maladies parfois mortelles. Il existe environ 800 espèces de tiques, mais en France, seulement trois sont porteuses de maladies dangereuses pour le chien : l'Ixodes ricinus (tique des bois), la Dermacentor Reticulatus (tique des champs) et la Rhipicephalus sanguineus (tique des chenils). Les tiques vivent dans la nature et se fixent sur le chien pour se nourrir de sang afin de passer les différents stades de leur croissance (larve, nymphe puis tique adulte). Une fois rassasiées, elles se laissent tomber au sol. Le risque de transmission de maladies par la tique, augmente avec le temps qu’elle passe accrochée au chien. C’est la raison pour laquelle il faut être très vigilant au retour d’une balade en extérieur, par exemple.

Une morsure de tique des champs et des chenils peut transmettre la piroplasmose , aussi appelée « babésiose ». Le chien commence par montrer des signes d'abattement et un manque d'appétit. La maladie provoque une anémie, décelable par un pâlissement des muqueuses et des défaillances hépatiques qui se traduisent par des urines très foncées. La piroplasmose peut être mortelle pour le chien si elle n'est pas traitée, en revanche prises à temps, elle se soigne très bien.

La maladie de Lyme ou « borreliose » est transmise par la tique des bois. Elle apparaît sous la forme d'un érythème migrant : une plaque rouge se forme autour de la morsure (il ne se sent pas, mais est caractéristique de la transmission de la bactérie Borrelia qui engendre la maladie). Plus tard, d'autres symptômes apparaissent comme des maux de têtes, des douleurs articulaires et aux stades avancés de la maladie, des problèmes cardiaques ou neurologiques.

L'ehrlichiose est transmise par la tique des chenils. Elle donne de fortes fièvres, accompagnées d'un abattement, d'une perte d'appétit et/ou de jetage (écoulement de la truffe). La forme chronique de la maladie implique l'apparition de troubles hémorragiques, de diarrhées et de vomissements. La maladie se traite facilement, mais est mortelle dans 30% des cas d'animaux non soignés.

Le phlébotome

Si vous habitez dans le sud de la France, vous avez probablement déjà entendu parlé du phlébotome. En effet, ce petit insecte proche du moustique est très présent autour du bassin méditerranéen. Peu à l’aise dans les airs, il peine à se déplacer, mais peut facilement être emporté par le vent. Redoublez de vigilance si vous vivez en milieu rural, où il est le plus présent.

Le phlébotome est vecteur d’une maladie mortelle pour votre chien : la leishmaniose. Cette maladie est transmise lors de la piqûre d’un phlébotome infecté. Cependant, il faut entre 4 à 20 jours entre la contamination d’un phlébotome par un animal malade et le moment où l’insecte peut à son tour véhiculer la maladie à votre chien. La chienne gestante peut elle aussi transmettre la maladie à ses chiots. La leishmaniose se manifeste par un abattement, une baisse d’appétit et un amaigrissement de l’animal. Les poils de la tête et des oreilles peuvent commencer à tomber, des croûtes se forment sur la truffe et les coussinets. On peut observer une pousse excessive des griffes, dans les cas de maladie très avancée. Aucun des traitements existants ne soignent la leishmaniose, ils permettent simplement d’atténuer les symptômes et le chien finit souvent par mourir. Il existe un vaccin contre la leishmaniose, mais il n’est pas efficace à 100% et l’utilisation d’un antiparasitaire à la perméthrine reste le meilleur moyen de limiter les risques.

La puce

Petit insecte de quelques millimètres seulement, c’est le fléau de nos maisons. Elle envahit nos animaux, nos intérieurs et extérieurs, nous rendant parfois impuissants. Pourquoi est-il si difficile de se débarrasser des puces ? Pour commencer, il faut traiter son chien avec un antiparasitaire externe. Mais, la plupart des propriétaires d’animaux ne savent pas qu’il faut également traiter l’habitat. En effet, les œufs de puces (pondus par dizaines chaque jour) ne sont pas fixés aux poils du chien et tombent sur le sol, infestant votre maison et votre jardin. Les œufs éclosent et les larves se développent jusqu’à devenir des puces adultes qui envahissent aussitôt le chien. Lorsque votre chien est infesté par les puces il présente de nombreuses petites tâches noires concentrées dans certaines zones. Ce sont des crottes de puces, vous devez le traiter sans attendre. En plus d’être gênantes, les puces peuvent être sources de pathologies :

La DAAP (Dermatite par Allergie aux Piqûres de Puces) est une réaction allergique aux piqûres de puces. Tous les animaux ne sont pas touchés par la DAAP, mais lorsque c’est le cas, les réactions peuvent être très violentes. Le chien se lèche et se mordille pour soulager les démangeaisons. Des lésions cutanées et des plaques sur la peau peuvent venir accompagner une chute de poils de l’animal.

Vous ne le saviez peut-être pas mais le ténia peut aussi se transmettre au chien et lui causer des démangeaisons autour de l’anus. Le grattage peut, à terme, entraîner des plaies et des lésions sur la peau. Vous saurez si votre chien est atteint du ténia en observant ses déjections. En effet, ce vers plat se reproduit en lâchant des « anneaux » (par l’anus de l’animal) contenant ses œufs. On retrouve alors ces anneaux, semblables à des grains de riz crus, dans les selles du chien. Les œufs sont mangés par les larves de puces, qui deviennent alors porteuses du ténia une fois adultes et peuvent à leur tour le transmettre au chien lorsqu’il les avale.

Les solutions CANIguard

Pour vous aider à prendre soin de votre compagnon tout au long de l’année, Beaphar a développé la gamme d’antiparasitaires CANIguard. Les produits sont à base de perméthrine, une molécule dont l’action permet de lutter contre les tiques, phlébotomes et puces. C’est un insecticide et acaricide de synthèse qui agit immédiatement sur le système nerveux des insectes et des acariens. Son action est rémanente, c’est-à-dire qu’elle perdure pendant plusieurs semaines. La perméthrine a également une action répulsive contre les phlébotomes, ce qui limite les risques de piqûres.

anti-tiques chien

Les pipettes

 Le pulvérisateur

 Le shampooing


Proposées en line-on, elles s’appliquent le long de la colonne vertébrale de votre compagnon. Elles permettent une meilleure diffusion du produit sur la totalité du corps qu’une pipette que l’on applique en un seul point (spot-on). Leur action est de 6 semaines contre les tiques, 5 semaines contre les phlébotomes et de 4 semaines contre les puces. 

Petit chien : 2 - 7,5 kg

Chien moyen : 7,5 - 15 kg

Grand chien :  15 - 30 kg

C’est une alternative à la pipette. Il agit immédiatement sur les parasites externes et son application ne doit être renouvelée que toutes les 5 semaines.


Disponible en 250 ml et 500 ml

Il est recommandé lorsque votre animal est infesté par des puces ou des tiques. Grâce à sa double action, vous pouvez laver et traiter votre chien en même temps.


Disponible en 200 ml et 400 ml

Retrouver ces produits

ATTENTION ce produit est toxique pour le chat.

  pet types : Antiparasitaires Chien

Retour en haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de contenus adaptés à vos centres d'intérêt et améliorer votre expérience sur le site. Cliquez ici pour en savoir plus